Image collection header

Les collections

Les échanges artistiques aux XIXe et XXe siècles
La France est l'un des pays au rayonnement artistique le plus intense au crépuscule du XIXème siècle. Elle attire donc de nombreux artistes étrangers, dont des Américains, qui s'installent auprès des Impressionnistes français.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la France est la destination privilégiée de nombreux artistes américains qui viennent y parfaire leur formation. Paris est alors la capitale artistique : ses académies, ses écoles, ses ateliers attirent peintres et sculpteurs du monde entier. Les colonies artistiques proches de la capitale - Barbizon, Auvers-sur-Oise, Giverny, Grez-sur-Loing -, celles de Honfleur en Normandie, de Pont-Aven en Bretagne, accueillent volontiers les peintres étrangers. Quand ils ne peuvent suivre les cours de la prestigieuse École des Beaux-Arts - réformée en 1863 mais inaccessible aux femmes jusqu’en 1897 -, les artistes américains travaillent dans des ateliers privés sous la direction de peintres comme Léon Bonnat (1833-1922), Jean-Léon Gérôme (1824-1904) ou Carolus-Duran (1838-1917), ou s’inscrivent à l’Académie Julian, créée en 1868.

En savoir plus : l'Histoire par l'image

Affichage

1850-1914

Ne pouvant accéder au Prix de Rome, réservé aux artistes français, les Américains exposent régulièrement au Salon où l’État réalise de nombreuses acquisitions pour le Musée du Luxembourg. C’est ainsi que Le Bosquet de Gari Julius Melchers, ou Lumière

Le Marquis de La Fayette par David d'Angers

Voir le détail

Le retour du troupeau, vers 1899

Voir le détail

Le Bosquet, 1908

Voir le détail

Autoportrait de Leo Stein

Voir le détail

Panthère sur un rocher, 1908

Voir le détail

Autres collections

Les nouvelles acquisitions

Media Name: 03-010581.jpg

La Première Guerre Mondiale