La rénovation de 1989

Le pavillon Gould au premier plan

 

La rénovation : 1989, la première phase

 

En 1989, le musée connaît une rénovation majeure qui va permettre d’accueillir et développer un axe nouveau de la collection, celui des échanges artistiques entre la France et les États-Unis. L’aile sud fait l’objet d’une extension qui est confiée aux architectes Yves Lion et Alan Lewitt. Le nouveau bâtiment s’intègre harmonieusement aux constructions existantes dont il respecte la volumétrie et les matériaux.

La promenade intérieure s’organise autour d'une grande cimaise en bois qui dessine un parcours fluide. Les matériaux, marbre et sycomore américain, contribuent à donner une atmosphère apaisante aux volumes qui sont largement éclairés par la lumière naturelle : d’ingénieuses ouvertures des soubassement offrent des échappées sur la nature environnante.

Couronné par l’Équerre d’argent, prix d’architecture décerné par Le Moniteur, le bâtiment porte désormais le nom de Pavillon Gould, en l’honneur de la fondation du même nom qui contribua largement à la réalisation du projet.

Depuis 1986, les jardins du Nouveau Monde, également financés par du mécénat américain, ont été dessinés autour du château par des paysagistes français et américains : Michel Boulcourt, Madison Cox et Mark Rudkin. Occupant les anciens espaces du potager du château de Salomon de Brosse, ils sont plantés d'espèces d'origine américaine et offrent un prolongement naturel à la visite du musée.