Image collection header

La Première Guerre Mondiale

1914-1918
La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917 © Musée franco-américain du château de Blérancourt - RMN
La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917
La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917 Musée franco-américain du château de Blérancourt - RMNGP
La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917
La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917
La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917
Peinture

La cathédrale de Reims, septembre 1917, 1917

Huile sur bois
26,8 X 35,5 cm
Inv. Dsb 48


Au lendemain de la bataille de la Marne (6-13 septembre 1914), les Allemands se replient sur les rives de l’Aisne, en Champagne, en Argonne, soit environ 70 kilomètres en arrière de leur ligne de départ. En face, les forces françaises se répartissent ainsi : la VIe armée de Maunoury sur les plateaux du Soissonnais, la Ve armée de Franchet d’Esperey à moitié sur les plateaux, à moitié dans la région de Reims, la IVe armée de Langle de Cary en Champagne, la IIIe armée de Sarrail de l’Argonne à Verdun. Les deux adversaires ne cessent de se harceler. C’est ainsi que le 19 septembre 1914, la Ve armée française se heurte à l’ennemi dans la région de Reims et que la splendide cathédrale est incendiée. L’acharnement des Allemands à détruire Reims, la cité royale, bouleverse profondément l’opinion publique française. On connaissait le pouvoir destructeur des explosifs modernes, mais on pensait que les monuments historiques, le patrimoine artistique seraient épargnés. Il faut bien se rendre à l’évidence : rien de ce qui se trouve dans la zone des combats n’échappera à la destruction. Les Français sont désormais convaincus que l’ennemi est un “barbare” sans âme. En réalité, c’est la guerre à outrance, encouragée par les progrès industriels et l’exaspération des sentiments nationaux, qui émerge dès 1914.

L’anéantissement de ce patrimoine prestigieux et séculaire a largement alimenté les carnets de croquis de Joseph-Félix Bouchor. Il a représenté à plusieurs reprises la cathédrale de Reims, mais aussi Hôtel de Ville de Reims, l’évêché de Verdun, le centre historique d’Ypres, l’église de Nieuport, l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes et la cathédrale de Soissons, ainsi que de nombreux édifices civils et religieux du Nord de la France. La plupart de ces peintures sont conservées au Musée de Blérancourt.

 

En savoir plus : l'Histoire par l'image

Autres collections

Les nouvelles acquisitions

Media Name: o_01ce21664.jpg

Le fonds Anne Morgan (photos et vidéos)