La France offrant la Liberté à l’Amérique, 1784

La France offrant la Liberté à l’Amérique, 1784

La France offrant la Liberté à l’Amérique, 1784

Origine et date: 
1784
Artiste(s): 
1758
1856

Huile sur toile
H. 135 cm ; L. 186 cm
Inv. MNB 93-8


Dans le dernier quart du XVIIIe siècle, l’aide apportée par la France aux «insurgents» d’Amérique pendant la guerre d’indépendance est un sujet dont la fraîche actualité nourrit l’inspiration des artistes. En 1784, l’Académie royale de Peinture de Toulouse en fait le thème de son concours annuel : La grande révolution opérée dans le nouveau monde. Le grand prix est remporté par Jean Suau (1758-1856), un peintre toulousain élève du chevalier Rivalz. Le tableau primé est une œuvre allégorique intitulée La France offrant la Liberté à l’Amérique.
Au centre de la toile, la France porte un grand manteau royal par dessus sa cuirasse. Elle offre la Liberté à l’Amérique, symbolisée par un sauvage coiffé de plume et agenouillé à ses pieds. La figure allégorique de la Liberté est simplement vêtue d’un linge blanc qui couvre ses épaules et ses reins, et tient le sceptre de la souveraineté et le bonnet phrygien de la liberté conquise. La France et la Liberté précèdent la Victoire aux ailes déployées. Derrière ce groupe, la Paix, couronnée de fleurs, est agenouillée. Elle tourne son regard vers l’Abondance aux bras chargés d’épis de blés, de rameaux d’olivier et de fleurs des champs. Assise au premier plan et vue de dos, une jeune femme représente le Commerce. Elle est appuyée sur un ballot de marchandises et tient un gouvernail; une boussole et une carte marine gisent à ses pieds. Dans le ciel, une Renommée ailée propage la bonne nouvelle tandis qu’à l’arrière-plan, à droite, Hercule combat le léopard anglais avec l’aide du coq gaulois.
Par son atmosphère, par ses emprunts à l’Antiquité gréco-romaine, par sa composition en frise qui rappelle l’animation et la puissance des bas-reliefs antiques, l’œuvre de Jean Suau s’inscrit dans la plus pure tradition néo-classique. L’artiste n’a pas représenté les héros français ou américains qui se sont illustrés dans le conflit. C’est l’Indien, «le bon sauvage» cher à Jean-Jacques Rousseau, qui personnifie l’Amérique libérée - grâce à la France - de la tutelle anglaise. Le procédé allégorique sert davantage à célébrer la victoire de la monarchie française - dispensatrice des bienfaits de la civilisation des Lumières - sur la puissante Angleterre que la naissance du nouvel État américain. Le tableau véhicule donc un véritable message politique qui met en lumière le rôle capital joué par la France et son monarque.

 

En savoir plus : l'Histoire par l'image