Morning light ou Lumière du matin, 1922

Morning light ou Lumière du matin, 1922

Morning light ou Lumière du matin, 1922

Les échanges artistiques aux XIXe et XXe siècles
Partager
Origine et date: 
1922
Artiste(s): 
1867
Philadelphie
1944

Huile sur toile
101,5 cm x 122 cm ;
Inv. RF 1980.163
Dépôt du Musée d’Orsay


Né à Philadelphie, Walter Elmer Schofield (1867-1944) fait ses études dans sa ville natale au Swarthmore College, puis à la Pennsylvania Academy of Fine Arts. Il vient ensuite à Paris, à l’Académie Julian qui accueille des étudiants étrangers, en particulier américains. Il y étudie avec William Adolphe Bouguereau (1825-1905). Il séjourne ensuite en Angleterre, en Cornouailles, où il côtoye les paysagistes du groupe de Saint-Yves qui peignent en plein air, sur le motif. Il y épouse Muriel Redmayne et se partage entre l’Angleterre, où résident sa femme et ses enfants, et les États-Unis. Il reste célèbre pour ses paysages d’hiver où dominent les bleus, peints en Angleterre et en Pennsylvanie.

Lumière du matin est une œuvre dense et vibrante que l’artiste créa dans sa maturité. Achetée en 1923 pour le Musée du Luxembourg, cette toile témoigne de l’influence considérable que pu avoir l’Impressionnisme sur la peinture américaine jusque dans les années vingt. C’est une véritable colonie américaine qui s’assembla autour de Claude Monet (1840-1926) au début du XXe siècle, sans jamais toutefois s’inspirer des dernières recherches, les plus audacieuses, du maître de Giverny.