Les chutes du Niagara de Réni Mel

Les chutes du Niagara de Réni Mel

Les chutes du Niagara de Réni Mel

Partager
Origine et date: 
1930
Artiste(s): 

Les chutes du Niagara, Horseshoe Falls, 1930

Huile sur toile
153 x 213 cm


Icône de la nature américaine, les chutes du Niagara ont fasciné les voyageurs et les artistes. Il existe de nombreuses représentations de ce paysage chez les peintres de la Hudson River School qui fut la grande école américaine du paysage américain au XIXème siècle : Fredrick Edwin Church (1826-1900) s'y essaya plusieurs fois ainsi qu'Alvan Fisher (1792-1863), John W. Casilear (1811-1893), Jasper Francis Cropsey (1823-1900) et bien d'autres encore.

Chez les artistes français, le sujet était aussi très apprécié et l'on en trouve de nombreuses représentations gravées par des français dès la fin du XVIIème siècle. Le musée de Blérancourt possède une vingtaine de ces représentations.
Plus rares sont les représentations peintes conservées en France. On en trouve juste deux exemples intéressants au musée de Rouen: l'un du à Jean-Charles Joseph Remond (1795-1875), et  l'autre, le célèbre tableau de Hyppolite Sebron (1801-1879) représentant les chutes sous la neige (vers 1857).

Léon Reni-Mel est né en 1893 et été formé par Edouard Detaille (1848-1912) et  Fernand Cormon (1845-1924). Pendant la première guerre mondiale, Réni-Mel est intégré dans un régiment d'infanterie. C'est à cette époque qu'il peint une saisissante composition intitulée France ! 1914, conservée au musée de l'armée qui montre un poilu arrêté dans son élan par une balle ennemie.
Pour faire pendant à ce tableau, il entreprend une autre composition intitulée America qui représente un soldat américain soutenant un soldat français blessé. En 1921 Reni-Mel offre ce tableau à l'American Legion au cours d'une cérémonie au Cercle Interallié qui est documentée par des films et des photos. L'œuvre, qui a fait l'objet de plusieurs reproductions américaines, est aujourd'hui conservée au quartier général de cette organisation à Indianapolis, Indiana. C'est probablement à la suite de ce don que le président Woodrow Wilson le fit  «citoyen d'honneur» des Etats-Unis.

Bien qu'il se soit toute sa vie prévalu du titre de guerre et d'histoire, attaché au musée de l'armée, la production de Léon Réni-Mel comprend aussi des portraits et des paysages français et américains. En effet, entre deux guerres, Réni-Mel fit des séjours prolongés aux Etats-Unis et vécu de 1921 à 1937 à New York. Ses voyages le conduisirent au Canada, au Colorado, Nouveau Mexique et en Louisiane.

Peint pendant sa période américaine, le tableau représente la plus spectaculaire des deux chutes de Niagara, la Horseshoe Fall. Pour rendre sa forme en fer à cheval, la chute est souvent montrée d'en haut. Ici, au contraire, l'artiste a choisi un point de vue en contrebas qui exalte la grandeur du paysage. La composition est divisée en trois plans : un horizon très haut, la chute qui se présente comme un mur d'eau et le bassin aux eaux bouillonnantes, habilement parsemé de rochers qui guident le regard en lacets jusqu'aux chutes
Au premier plan, deux petits personnages postés sur un rocher, donnent une échelle au paysage. Reni-Mel reprend ici un artifice largement pratiqué par les peintres de paysages américains de la Hudson River School pour exalter la dimension surhumaine du paysage. Il ne s'agit certes pas d'une représentation réaliste mais plutôt allégorique. On devine, dans des costumes d'indiens des plaines, un père et son fils peut être, contemplant le spectacle de la nature.

Cette oeuvre est intéressante pour son traitement pictural. Le paysage baigne dans une harmonie de blanc et de bleus gris, rehaussé par l'ocre des rochers et par quelques tons plus rosés. Le traitement est légèrement stylisé : les chutes sont rendues par des aplats texturés, des nuages d'écume nuancés et des zones colorées au premier plan, cernés par le blanc de l'écume. L'atmosphère et la palette rappellent un peu la production des impressionnistes nord américains en particulier celle de Walter Schoefield (1866-1944) et du canadien Jonas Lie (1880-1940).