Le dernier coup de canon aux Invalides, le jour de la signature de la paix, 28 juin 1919, 1919

Le dernier coup de canon aux Invalides, le jour de la signature de la paix, 28 juin 1919, 1919

Le dernier coup de canon aux Invalides, le jour de la signature de la paix, 28 juin 1919, 1919

La Première Guerre Mondiale
Partager
Origine et date: 
France, 1919
Artiste(s): 
1853
1937

Huile sur carton
22,2 X 35 cm
Inv. Dsb 49


Après l’armistice du 11 novembre 1918 qui marque la fin des combats, se tient à Versailles, du 18 janvier au 28 juin 1919, une conférence de la paix qui regroupe les représentants des 27 États vainqueurs. Les pays vaincus en sont exclus. Quatre hommes ont joué un rôle majeur dans cette conférence : Woodrow Wilson, président des Etats-Unis, Georges Clemenceau, président du Conseil, Vittorio Orlando, président du Conseil italien, et Lloyd George, premier ministre britannique. L’importance attachée par le président des États-Unis à cette conférence de la paix se marque par sa décision d’y participer personnellement : pour la première fois, un président américain en exercice quitte le sol de son pays. Accueilli avec enthousiasme lors de son arrivée, Woodrow Wilson restera en Europe de décembre 1918 à juillet 1919. Le principe de base du règlement des questions territoriales est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, mais cette disposition soulèvera d’innombrables problèmes d’application du fait de l’enchevêtrement des groupes ethniques en Europe centrale et orientale.

Quoique imparfait, le traité de Versailles est finalement signé le 28 juin 1919, cinq ans jour pour jour après l’attentat de Sarajevo : date symbolique, symbolique aussi ce dernier coup de canon tiré aux Invalides - sujet de cette petite peinture de Joseph-Félix Bouchor - qui met un point final au premier conflit mondial.