Arcis Carolinae delineatio, 1591 - Représentation du Fort Caroline

Arcis Carolinae delineatio, 1591 - Représentation du Fort Caroline

Arcis Carolinae delineatio, 1591 - Représentation du Fort Caroline

Images d'indiens
Partager
Origine et date: 
Théodore de Bry (d’après Jacques Le Moyne de Morgues)
Planche gravée tirée des Grands Voyages,
Recueils édités de 1590 à 1634
Artiste(s): 

Planche gravée tirée des Grands Voyages,
deuxième partie : Brève narration (pl. X)
25,8 cm x 23,2 cm
Inv. MNB, 71C37


Cette gravure est extraite des Grands Voyages publiés à Francfort par Théodore de Bry. Ces recueils, édités de 1590 à 1634, reprennent les récits de douze explorateurs en Amérique Les illustrations qui agrémentent ces récits ont fortement frappé l’imagination du public européen.

La deuxième expédition française vers la Floride part du Havre le 22 avril 1564. Placée sous le commandement de René Goulaine de Laudonnière, elle est forte de trois navires et de trois cents hommes. Le 25 juin, elle arrive en vue de la rivière de May. En bordure du fleuve, Laudonnière décide d’édifier un fort que l’on baptise Fort Caroline.

Construite selon un plan triangulaire, la forteresse est cernée de remparts constitués d’un remblai de terre surmonté d’une palissade de rondins. Le rempart occidental est protégé par un fossé tandis que la rivière baigne les deux autres côtés du triangle. Des casernements sont prévus pour les soldats, ainsi qu’un entrepôt pour le stockage des grains. Une habitation particulière est réservée à René de Laudonnière. Un four a été construit à l’extérieur du four, sur la rive méridionale, pour éviter les risques d’incendie.

Au fil du temps, les mutineries, le manque de vivres, les heurts avec les Indiens affaiblissent la petite colonie. À la fin du mois d’août 1565, Laudonnière s’apprête à regagner la France lorsqu’arrivent des renforts conduits par Jean Ribaut. Le 4 septembre, les Espagnols, conduits par Pedro Menéndez de Avilés, lancent une offensive contre Fort Caroline. Ils s’en emparent le 20 septembre. Menéndez fait exécuter ses occupants, à l’exception des catholiques, des femmes et des enfants. René de Laudonnière et Jacques Le Moyne de Morgues parviennent à s’échapper, à rejoindre un navire en haute mer et à rentrer en France, mais c’en est fait de l’établissement d’une colonie française en Floride.