Anne Morgan et la Grande Guerre

Château de Blérancourt en 1917

 

Dans la tourmente de la Grande Guerre : 1917-1919

En juillet 1917, le château devient le quartier général d’une organisation humanitaire, le Comité Américain pour les Régions Dévastées (CARD) composée de femmes américaines. Dirigée par Anne Morgan, la fille du banquier John Pierpont Morgan, l’organisation vient en aide aux populations civiles de l’Aisne durement éprouvées par trois années de guerre. Logées dans des baraquements, les volontaires américaines sillonnent la région en voitures pour porter secours aux villages isolés.

En mars 1918, la contre-offensive allemande les force à quitter la région où se déroulent de violents combats. A leur retour en février 1919, elles trouvent le château très durement touché par les combats. C’est ce château en ruine qu’elles rachètent en 1919 pour le restaurer.

Anne Tracy Morgan (1873-1952)

Anne Morgan en uniforme du CARD à Blérancourt

 

Fondatrice du musée, cette citoyenne des États-Unis d’Amérique, amoureuse de la France, dédia la plus grande partie de sa vie qu’elle passa en France à renforcer l’amitié entre ces deux peuples. Femme d’action, elle créa et présida lors des deux guerres mondiales plusieurs associations de secours aux blessés et d’aide à la reconstruction.

Dès 1914, Anne Morgan, fille du célèbre banquier américain John Pierpont Morgan, se mobilise en faveur des populations civiles françaises. Elle crée en avril 1917, avec son amie Anne Murray Dike, le Comité Américain pour les Régions Dévastées (CARD) afin de venir en aide aux populations civiles de l’Aisne particulièrement touchées par les destructions et les difficultés de ravitaillement. L’armée française lui confie le domaine de Blérancourt, situé à quelques kilomètres du front. Essentiellement composées de femmes, les équipes du comité américain entreprennent leurs actions d’aide humanitaire grâce à leur service motorisé où s’activent de nombreuses “chauffeuses”. Elles s’attachent en priorité à l’acheminement d’habits, de couvertures, d’ustensiles de cuisine, d’outils agricoles, de semences et de bétail.

 

Anne Morgan cherche également à apporter aux populations picardes les moyens matériels et le soutien moral dont elles ont besoin pour rebâtir leurs villages. Elle contribuera à la reconstruction en Picardie jusqu’en 1923 en créant des services sanitaires mais aussi des écoles et des bibliothèques.

Elle reçut la Légion d’Honneur en 1924 et fut élevée au grade de Commandeur en 1932.

En 1939, sentant la tension politique monter, elle revient à Blérancourt fonder le Comité Américain de Secours aux Civils pour évacuer les populations de la zonne occupée vers la France libre. Elle est forcée de fuir en 1940 sous la pression allemande. Elle continue de voyager entre France et Etats-Unis jusqu'à sa mort en 1952.

 

Les baraquements du CARD  au château de Blérancourt